Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.leparisien.com le 13/06/08

15 Juin 2008, 21:19pm


Un des supérieurs hiérarchiques de Jérôme Kerviel, le trader accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards à la Société Générale, et des actionnaires de la banque devaient ont demandé aujourd'hui à la cour d'appel de Paris de pouvoir se constituer partie civile dans le dossier judiciaire. L'affaire a été mise en délibéré au 27 juin.

Les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset, chargés d'instruire cette affaire, avaient rejeté ces constitutions de partie civile, conformément aux réquisitions du parquet de Paris, estimant que «le préjudice allégué» qu'avait pu subir les plaignants n'était pas direct.

Le parquet général a requis l'irrecevablité des trois parties civiles. En l'état de la procédure, la Société générale est la seule partie civile de ce dossier dans lequel Jérôme Kerviel est le seul mis en examen.

L'acceptation d'une partie civile confère au plaignant un statut de victime, lui permet d'avoir accès au dossier durant la procédure et de réclamer des dommages et intérêts lors du procès.

«Il y a trois éléments incontestables pour justifier la constitution de partie civile de mon client», a expliqué à l'AFP Me Jean-René Farthouat, avocat d'Eric Cordelle, ancien supérieur hiérarchique direct de Kerviel.

«Le premier, c'est qu'il y a eu des faux commis par M. Kerviel, le second, c'est que ces faux avaient pour but et pour conséquence de tromper mon client pour qu'il ne décèle pas les anomalies de fonctionnement des opérations du trader et le troisième, c'est qu'Eric Cordelle a subi des préjudices du fait de cette tromperie auxquels s'ajoute un préjudice moral et un préjudice d'image».

Licencié par la Société Générale qui a épinglé dans un rapport les défaillances des supérieurs directs de Kerviel, Eric Cordelle a saisi le conseil des prud'hommes pour «rupture de contrat abusive», estimant notamment que «l'attitude» du trader« était »indécelable.

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafYsG4.html

Commenter cet article