Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon Combat Contre Les Banques

25 Août 2007, 20:34pm

Publié par Richard

" Mon Combat Contre Les Banques "

 

g_banques

192 p.
ISBN : 978-2-35341-005-7


Résumé

« David contre Goliath. » L’Express
« Un Zorro pour les particuliers grugés. » Marianne
« Bonne nouvelle pour les petits porteurs. » Le Journal du Dimanche

Combien de fois vous êtes-vous senti impuissant face à votre banquier ? Daniel Richard est le premier avocat en France à avoir attaqué les grands établissements financiers. Ses procès gagnés depuis 1987 lui ont valu dans la presse le surnom de « Zorro de la défense des épargnants ». Les plus grandes banques françaises, Le Crédit lyonnais, la BNP ou encore La Poste, gardent toutes un souvenir cuisant de leur confrontation avec l’avocat. Contrairement à beaucoup de ses confrères, Daniel Richard n’a pas choisi de servir les grandes puissances économiques, mais de dénoncer leurs abus et d’aider les clients à se défendre. Mais qui est l’homme derrière le masque de Zorro ? Quelles sont ses méthodes ? Comment est-il devenu en vingt ans la bête noire des banquiers ? Sur le ton de la confession, voici le récit d’un courageux parcours, une plongée dans les coulisses des grandes affaires gagnées par Daniel Richard. Mais l’ouvrage est aussi un guide précis pour mieux démasquer les excès de votre banque et mieux placer son argent.

Docteur en droit, diplômé de l’Institut d’études Politiques de Paris, ancien assistant à l’université de Paris 2, et avocat au barreau de Paris, Daniel Richard vient de recevoir la Légion d’honneur notamment pour son combat contre les banques.

Commenter cet article

combet 20/10/2013 21:47

bonsoir, je voudrais faire un procès contre le crédit lyonnais devant le tribunal de grande instance pour octroi abusif de crédit
Cette affaire à déjà été jugée procédure de saisie immobilière dernièrement la cour européenne à déclaré irrécevable ma requête. Il faudrais trouver d'autres arguments octroi abusif de crédit, prêt excessif accordé à un investisseur profane, taux d'endettement de plus de 200 %. Moi j'étais un investisseur averti, mais mon frêre qui a acheté avec moi lui était profane. Le juge d'exécution, la cour d'appel ainsi que la cour de cassation ont soutenue la banque qui se devait d'un devoir de coseil et qui n'aurait jamais due accorder le crédit immobilier. Pensez-vous que nous pouvons avoir une chance de gagner un procès en trouvant d'autres arguments sans se rapporter au premier jugement du juge d'exécution car je sais qu'une affaire déjà juger ne peut être jugée deux fois. Dans le cas d'un avis favorable de votre part quel est le montant de vos honoraires sachant que j'habite à chambéry 73000 et qu'il faut un avocat postulant.
Dans l'attente de votre réponse, je vous prie d'agréer l'expression de mes sentiments dévoués