Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arrêt sur images le 10 Avril 2013

13 Avril 2013, 12:56pm

Libé dévoile une petite faiblesse bancaire de Hamon

BNP-Paribas, choyée par le gouvernement ?

 

 

Après Jet 3, le produit miracle commercialisé par BNP-Paribas, voici Helvet Immo. L'affaire, suivie par deux journalistes de Libération, vient de faire l'objet de l'ouverture d'une information judiciaire pour "pratiques commerciales trompeuses". Des pratiques qui n'ont pas ému le ministre Benoît Hamon si on en croit un courrier dont le contenu est révélé aujourd'hui par Libération.

Les pratiques d’une banque couvertes par un ministre ? C’est ce qu’affirme Libération dans son édition du jour. Les deux journalistes, Nicolas Cori et Tonino Serafini, se sont procurés la réponse de Benoît Hamon faite au député PS Pascal Cherki qui interrogeait le ministre délégué chargé de l’économie sociale et solidaire et de la consommation sur les emprunts toxiques et notamment sur le produit de BNP-Paribas, Helvet Immo. La banque proposait, en 2008 et 2009, des prêts en franc suisse mais remboursables en euro pour l’achat de logements destinés à être loués. Or le franc suisse a subi depuis une réévaluation d’environ 25% ce qui accroît d’autant le remboursement du prêt. Les journalistes donnent des exemples: "un couple des Yvelines, qui a emprunté 164 500 euros en mars 2009, doit à présent 209 091euros. Une autre famille de l’Essonne, qui a emprunté 170 526 euros en novembre2008, doit 207 950 euros".

 

Qu’a répondu Hamon à Cherki ? BNP-Paribas est dans les clous car la banque a mis en place "un dispositif adapté de médiation" et l’enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), chapeautée par le ministère d’Hamon, montre que "les établissements de crédit ont commercialisé des prêts en franc suisse essentiellement auprès des particuliers percevant leurs revenus dans la monnaie helvétique, ce qui ne présente pas de risque de change pour ceux-ci". Faux et "archifaux" estiment les journalistes: d’une part la mise en place d’un médiateur est une obligation légale et, d’autre part, la banque a vendu ces prêts à des clients dont les loyers de leur biens immobiliers étaient payés en euro, elle-même le reconnaît.

Des taux d’emprunts faibles mais un risque certain, n’est-ce pas de la responsabilité du client in fine? Pas dans ce cas, répond Cori joint par @si. Si les 4000 clients étaient au courant du risque lié à la parité euro/franc suisse, BNP-Paribas, ou plutôt à l’époque une filiale de la banque qui a chargé tout un tas d’intermédiaires de la commercialisation du produit, est restée trop floue sur les conséquences d’une dérive de cette parité. Cette dérive a d’ailleurs précipité la suspension d’Helvet Immo comme le raconte Serafini qui suit le dossier depuis l’an dernier. "La banque est mal à l’aise avec ce produit" raconte Cori. "Potentiellement, si elle doit rembourser tous les clients de la différence liée à la hausse du franc suisse, elle devra faire un chèque de 500 millions".

Libé Helvet Immo

Libé du 10 avril, dessin signé Rocco

 

Jet 3 : BNP capitule (un peu)

Cette histoire ressemble en de nombreux points à l’affaire Jet 3, objet d’une enquête menée sur ce site. Nous vous racontions comment ce produit miracle commercialisé par BNP-Paribas avait séduit plus de 11 000 personnes qui y ont investi 253 millions d’euros. Miracle car ce placement garantissait de retrouver son investissement au bout de dix ans, même en cas de performance négative du portefeuille. Sauf que, et la brochure ne le précisait pas, les frais d’adhésion et surtout de gestion grignotaient substantiellement le bas de laine déposé au départ. Une famille a porté plainte puis de nombreux clients floués ont rejoint le mouvement. L’affaire, confiée à l'avocat Daniel Richard, est toujours en cours. Avec une bonne nouvelle cependant…

Suite à l’action de Me Daniel, connu aussi sous le nom de Zorro des épargnants, BNP-paribas a décidé de négocier avec ses clients. Mais attention, en des termes bien choisis. Dans un courrier envoyé le 26 février et obtenu par @si, la banque prouve sa grande magnanimité. Après avoir rappelé que les marchés financiers ont été confrontés à "une crise sans précédent", la banque se dit prête à faire un geste "dans la mesure où plusieurs clients ont estimé ne pas avoir été suffisamment éclairés". Aussi, "la Banque toujours soucieuse de la parfaite information de ces clients a décidé à titre purement commercial de procéder au remboursement des frais de gestion perçus par la compagnie d’assurance". Au total, selon l’avocat, BNP-Paribas va débourser 10 millions d’euros. Rappelons que les sommes perdues ont été évaluées à 28 millions et que la banque a engrangé, avec ce produit, 20 millions. Encore un petit effort ?

BNP Jet 3

Copie de la brochure de Jet 3

Si l’affaire Jet 3 n’impliquait – à notre connaissance – aucun ministre, le cas d’Helvet Immo voit l’arrivée d’un ministre disons peu regardant sur les pratiques commerciales de BNP. Comme le dit Me Constantin-Vallet cité par Libération, la réponse de Hamon est "symptomatique de la position des pouvoirs publics sur le sujet. Tout donne l’impression d’un soutien total vis-à-vis de la banque".

Commenter cet article