Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Point le 22 Octobre 2012

30 Octobre 2012, 09:54am

Capture d’écran 2012-03-14 à 20.20.23

 

 

Un buraliste assigne la FDJ, qui lui a retiré
l'agrément après le suicide d'un joueur

La FDJ a retiré son agrément au commerçant "en affirmant qu'il aurait encouragé ce joueur à jouer à crédit".

Un buraliste de Trie-Château (Oise) a assigné la Française des jeux (FDJ) qui lui avait retiré son agrément en juillet à la suite du suicide d'un joueur qui avait perdu des dizaines de milliers d'euros dans son commerce, a annoncé son avocat Me Daniel Richard lundi à l'AFP. L'affaire viendra le 22 novembre devant le tribunal de commerce de Nanterre.

"Sans aucun avertissement préalable, la FDJ a retiré son agrément à mon client en affirmant qu'il aurait encouragé ce joueur à jouer à crédit alors qu'il aurait reçu une formation pour la conduite à tenir vis-à-vis des joueurs excessifs, ce que nous contestons", a déclaré à l'AFP Me Daniel Richard, confirmant des informations de la radio RTL.

Selon l'avocat, son client avait l'agrément de la FDJ depuis deux ans pour son établissement Le Chiquito, quand le jeune joueur en question s'est mis à jouer plusieurs fois par semaine entre mai et juin, essentiellement sur des matches de basket-ball de la fédération américaine NBA. Le jeune homme, âgé de 23 ans, aurait joué 10 000 ou 15 000 euros à chaque fois avec des chèques de banque puis 53 000 et 16 000 euros avec des chèques normaux qui sont revenus impayés chez le buraliste, qui a donc perdu 69 000 euros. Le joueur s'est suicidé en sautant d'un pont à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Préjudice moral

"Le contrat de mon client avec la FDJ ne fait mention d'aucune mise maximale pour un joueur et il n'a jamais reçu de formation sur la conduite à tenir vis-à-vis des joueurs excessifs", a souligné l'avocat. Selon lui, la FDJ "a eu peur du scandale et a rompu dans la précipitation son contrat" avec le buraliste qui a perdu depuis le tiers de son chiffre d'affaires.

Outre le rétablissement de son contrat et des dommages et intérêts, le buraliste demande la réparation de son préjudice moral lié au fait que ses clients aient pu penser qu'il se serait rendu coupable d'une fraude, a encore souligné l'avocat.

 

 

Commenter cet article