Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RMC le 9 Novembre 2012

9 Novembre 2012, 00:01am

JUSTICE

La Caisse d'Epargne accusée de publicité mensongère

Poursuivie par 8 de ses épargnants, pour « publicité mensongère », la Caisse d'Epargne Loire-Drôme-Ardèche est ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne. En cause : le placement "Doubl'o Monde" que la banque a proposé aux débuts des années 2000. Témoignage d’un client.

 

La succursale Loire-Drôme-Ardèche de la Caisse d'Epargne comparait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire). Elle est poursuivie par 8 de ses épargnants, pour « publicité mensongère ». En cause : le placement "Doubl'o Monde" que la banque a proposé aux débuts des années 2000 et qui devait permettre comme son nom l'indique de doubler son capital de départ en 6 ans. Mais au bout des 6 ans, aucun des épargnants n'a vu son placement augmenter. L'argent a donc été reversé, mais sans bonus, sans intérêts et sans la possibilité pour les épargnants de récupérer les frais bancaires. De son côté, la Caisse d'Epargne se justifie : en aucun cas le doublement de l'épargne n'était garanti par la publicité.

 

Depuis une dizaine d'années, le dossier Doubl'O aurait suscité plus de 400 plaintes en France. Ce n'est pas la première fois qu'une banque est mise en cause dans ce type de placement : c'était déjà le cas pour La Poste en 2006. Et ce n'est certainement pas la dernière selon Me Daniel Richard, qui défend les épargnants ce jeudi à Saint-Etienne. D'autres Caisses d'Epargne et d'autres banques pourraient se retrouver dans la même situation, estime-t-il : « Il va y avoir un effet d’entraînement, puisque ce qu’a fait cette Caisse d’Epargne, c’est exactement ce qu’ont fait toutes les Caisses de France à la même époque. Et je suis déjà saisi d’autres cas similaires mais qui concernent d’autres banques. La Caisse d’Epargne a voulu jouer dans la cour des grands, mais malheureusement il y a eu cette affaire, qui est une véritable honte pour une institution comme la Caisse d’Epargne ».

 

D’après Me Marc Henry, l'avocat de la banque, « les clients étaient au courant, parce que ce doublement de l'épargne n’a jamais été promis. Ce qui l’était, poursuit-il, c’était le capital ; et la garantie de capital était expressément visée dans la publicité. Ce produit répondait à un souhait des clients, de pouvoir investir en bourse, sans risque. C’est exactement la réponse offerte par la Caisse d'Epargne Loire-Drôme-Ardèche : quoi qu’il arrive, à l’échéance du produit, le capital était restitué ; et la promesse ne portait que là-dessus ; donc la Caisse d'Epargne n’a pas trompé ses clients ».

 

Les clients aujourd'hui plaignants ont placé en moyenne 7000 euros. Pour certains, c'est même plus. Laurent habite près de Rive-De-Gier, dans la Loire. En 2001, il a investi toutes ses économies dans ce placement : « Mon conseiller m’a appelé fin 2001 ; pour lui, c’était le meilleur placement à l’époque, il fallait se dépêcher de le prendre avant la fin de l’année. Ils ont surtout insisté sur le doublement du capital. Pour eux, ça paraissait un placement sûr, ils m’ont dit : vous avez tant, vous pouvez investir tant, et dans 6 ans vous doublerez votre capital. Moi j’avais mis 9 000 euros, je pensais récupérer 18 000. Au final, après déduction des frais d’entrée, d’environ 300 euros, j’ai récupéré moins de 9 000 ! J’y croyais, mais j’ai moins récupéré que si j’avais placé sur un Livret A ».

Commenter cet article